Portraits

Margerie, le droit éthique

Beaucoup de femmes entrepreneurs se méfient – voire ont peur – du droit et restent en situation précaire. Tout simplement car elles ne le connaissent pas.

Alors qui de mieux qu’une femme entrepreneur, avocate pendant 10 ans dans certains des plus prestigieux cabinets d’avocat parisiens et qui diversifie depuis quelques années son activité professionnelle en enseignant le yoga pour vous l’expliquer ?

Cet article parle de droit, de passion, de mettre du sens dans ses pratiques et de prendre son pouvoir !

 

Lyonnaise de 37 ans, la citation préférée de Margerie résume son engagement et ses convictions : ʺLa planète n’a pas besoin de gens qui ʺréussissentʺ. La planète a désespérément besoin de plus de faiseurs de paix, de guérisseurs, de conteurs d’histoires et de passionnés de toute sorte.ʺ Le ton est posé !

Ce qu’elle propose : un accompagnement juridique adapté aux entrepreneuses qui démarrent leurs activités.

Sa démarche : Le droit est un outil. Margerie nous apprend à le comprendre. Là où chez d’autres avocats vous allez payer la prestation de conseil, elle, va vous apprendre à pécher au lieu de nous donner le poisson. Pour résumer, elle met le droit à votre portée !

Son histoire :

Par tradition familiale, Margerie choisit le droit. Sa petite voix intérieure lui parlait bien de biologie et de science du vivant mais c’était un terrain inconnu pour sa famille. Alors, Licence de droit à Lyon.

Bonne élève, elle est sélectionnée parmi les meilleurs éléments pour effectuer un Master de droit américain à Boston. Puis besoin d’action, de bruit : Paris pour se former à la propriété intellectuelle puis à la profession d’avocat. Entre stages et exercice professionnel, elle travaille pendant une dizaine d’années dans des cabinets dit de niche, se spécialisant en droit d’auteur et droit des marques. Elle aide alors quelques auteurs célèbres mais surtout des petites structures comme des grands groupes dans la gestion des problématiques liées à la propriété intellectuelle (négociation et rédaction de contrats, mais aussi en contentieux). Dans son monde idéal, elle aurait préféré aider tous les auteurs quels que soient leurs moyens, à signer des contrats plus avantageux pour eux !

En 2010, avec sa vie stressante et ses conflits idéologiques, elle ressent le besoin de faire du yoga et un nouveau paradigme s’ouvre alors à elle. Le yoga lui assouplit tant le corps que l’esprit; elle se rend compte qu’une autre vie est possible.

Elle commence le Blog, Des droits des auteurs, afin de donner des clés aux auteurs pour qu’ils prennent davantage conscience de l’étendue de leurs droits.

ʺLe monde est un bourbier, tâchons de rester sur les hauteursʺ [1]

5 ans plus tard, cette tension intérieure et extérieure s’avère trop pesante et Margerie ressent le besoin de prendre de la hauteur, littéralement. Elle met un terme à son contrat de collaboration, achète un aller simple pour l’Inde où elle passe plusieurs mois à pratiquer le Yoga et méditer sur les sommets de l’Himalaya.

Peut-on revenir à Paris et sa vie trépidante après avoir côtoyé les sommets paisibles ? Pour compenser la difficile transition, en rentrant, elle enseigne le yoga et choisit progressivement d’exercer le droit autrement, en se consacrant à l’accompagnement juridique des auteurs et créateurs de bien-être.

Progressivement, des femmes entrepreneurs, créatrices tant d’œuvres artistiques, de beau que de bien être, de sens, de leur propre vie, se tournent vers ses services : Margerie choisit alors de leur dédier son activité juridique. En parallèle, la vie parisienne avec ses obligations, son rythme effréné, sa vie sociale dissipée ne convient plus à la femme qu’elle est devenue et elle s’installe quelques temps à Berlin puis dans le sud de la France [2] où elle réside depuis.

Actuellement, Margerie étudie la naturopathie à l’école de Marseille afin de comprendre l’humain dans sa globalité et renouer avec son attrait de petite fille pour le monde du vivant.

Elle a trouvé son équilibre entre une pratique spirituelle, son besoin de formation perpétuel, et la mise au service de ses compétences juridiques.

Margerie, en 5 questions :

  • En quoi consiste ton accompagnement juridique? Mon approche vise à rendre les entrepreneuses indépendantes en leur expliquant le droit applicable à leur secteur d’activité pour qu’elles soient capables de prendre leurs décisions en conscience et en toute autonomie.
  • Quelles entrepreneuses souhaites-tu accompagner ? Toutes celles qui veulent devenir indépendantes dans une activité qui fait sens pour elles et dans laquelle elles peuvent exprimer leurs potentiels.
  • Ce que t’a appris la vie jusqu’à présent ? Devenir ce que je suis déjà.
  • Ce que tu changerais si tu avais les pleins pouvoirs ? Je supprimerais l’industrie agro-alimentaire et TF1 !
  • Une dernière question : A quoi ressemble la vie pour toi à présent? Au doux rayon d’un soleil de fin de journée, rythmé par le chant des oiseaux.

Une femme de loi comme on en rêve J

Bravo à Margerie pour son approche!

Pour en savoir + sur ses activités

 

Article écrit par Magali Defleur, écrivain et éditrice, Octobre 2017

Notes:

[1] Mme de Beauséant, Le père Goriot, Honoré de Balzac

[2] Aix-en-Provence

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Share this

Donnez votre avis

Your email address will not be published. Required fields are marked *